Laurier Tremblay

Laurier Tremblay

Concepteur de circuits et guide-accompagnateur

Au cours de ses multiples voyages personnels et professionnels, Laurier a su développer ses compétences de communicateur et sa grande ouverture sur le monde. Depuis 2006, il a ainsi accompagné et guidé des centaines de voyageurs aux quatre coins du globe.

CARNETS VOYAGES

Inde du Nord avec Laurier Tremblay partie 1

Inde du Nord (partie 1) avec Laurier Tremblay Découvrez les carnets voyages de Laurier Tremblay, concepteur de circuits et guide-accompagnateur pendant son exploration de l'Inde du Nord. Il vous offre un avant-goût de ce que vous y découvrirez dans le cadre de ce...

lire plus

Inde du Nord avec Laurier Tremblay partie 2

Inde du Nord (partie 2) avec Laurier Tremblay Découvrez les carnets voyages de Laurier Tremblay, concepteur de circuits et guide-accompagnateur pendant son exploration de l'Inde du Nord. Il vous offre un avant-goût de ce que vous y découvrirez dans le cadre de ce...

lire plus

Inde du Nord avec Laurier Tremblay partie 3

Inde du Nord (partie 3) avec Laurier Tremblay Découvrez les carnets voyages de Laurier Tremblay, concepteur de circuits et guide-accompagnateur pendant son exploration de l'Inde du Nord. Il vous offre un avant-goût de ce que vous y découvrirez dans le cadre de ce...

lire plus

Inde du Nord avec Laurier Tremblay partie 4

Inde du Nord (partie 4) avec Laurier Tremblay Découvrez les carnets voyages de Laurier Tremblay, concepteur de circuits et guide-accompagnateur pendant son exploration de l'Inde du Nord. Il vous offre un avant-goût de ce que vous y découvrirez dans le cadre de ce...

lire plus

Inde du Nord avec Laurier Tremblay partie 5

Inde du Nord (partie 5) avec Laurier Tremblay Découvrez les carnets voyages de Laurier Tremblay, concepteur de circuits et guide-accompagnateur pendant son exploration de l'Inde du Nord. Il vous offre un avant-goût de ce que vous y découvrirez dans le cadre de ce...

lire plus

Inde du Nord avec Laurier Tremblay partie 6

Inde du Nord (partie 6) avec Laurier Tremblay Découvrez les carnets voyages de Laurier Tremblay, concepteur de circuits et guide-accompagnateur pendant son exploration de l'Inde du Nord. Il vous offre un avant-goût de ce que vous y découvrirez dans le cadre de ce...

lire plus

Inde du Nord avec Laurier Tremblay partie 7

Inde du Nord (partie 7) avec Laurier Tremblay Découvrez les carnets voyages de Laurier Tremblay, concepteur de circuits et guide-accompagnateur pendant son exploration de l'Inde du Nord. Il vous offre un avant-goût de ce que vous y découvrirez dans le cadre de ce...

lire plus

Inde du Nord avec Laurier Tremblay partie 8

Inde du Nord (partie 8) avec Laurier Tremblay Découvrez les carnets voyages de Laurier Tremblay, concepteur de circuits et guide-accompagnateur pendant son exploration de l'Inde du Nord. Il vous offre un avant-goût de ce que vous y découvrirez dans le cadre de ce...

lire plus

Inde du Nord avec Laurier Tremblay partie 9

Inde du Nord (partie 9) avec Laurier Tremblay Découvrez les carnets voyages de Laurier Tremblay, concepteur de circuits et guide-accompagnateur pendant son exploration de l'Inde du Nord. Il vous offre un avant-goût de ce que vous y découvrirez dans le cadre de ce...

lire plus

Inde du Nord avec Laurier Tremblay partie 10

Inde du Nord (partie 10) avec Laurier Tremblay Découvrez les carnets voyages de Laurier Tremblay, concepteur de circuits et guide-accompagnateur pendant son exploration de l'Inde du Nord. Il vous offre un avant-goût de ce que vous y découvrirez dans le cadre de ce...

lire plus

Backwaters et houseboats en Inde du Sud (partie 11) avec Laurier Tremblay

Découvrez les carnets voyages de Laurier Tremblay, concepteur de circuits et guide-accompagnateur pendant son exploration de l’Inde du Sud. Il vous offre un avant-goût de ce que vous y découvrirez dans le cadre de ce circuit guidé.

Aujourd’hui je vais vous parler de mon expérience sur les « Backwaters » et les « houseboats ».

Les backwaters sont un ensemble de canaux naturels et artificiels qui reliaient cette région fertile de l’arrière-pays au grand port de Cochin d’où partaient, vers l’Europe, les navires chargés d’épices, de riz et ensuite de thé. La fameuse route des Indes que cherchait Colomb quand il a découvert l’Amérique, c’est Vasco de Gama qui l’a découverte en 1498. Il est arrivé à Calicut, qui était alors le principal port du Karnataka. Mais à cause de conflits avec des Arabes qui y étaient déjà installés, les Portugais on dû s’installer à Cochin, qui est devenu par la suite un grand port de commerce, même à évincer Calicut. Vasco de Gama est d’ailleurs mort à Cochin, mais ça c’est une autre histoire!

Donc un plus grand canal de 47 km (qui reliait et relie toujours la région des backwaters et Cochin) et un réseau, en damier, de plus petits canaux qui s’étendent sur plus de 400 km² dans un décor de palmiers et de riches rizières sont devenus le cadre de vie de toute une population qui vivait du transport des marchandises, de la culture du riz et de la pêche. Ils y ont développé un mode de vie très particulier, centré sur la proximité des fameux canaux.

Le riz de la région, les épices et le thé étaient transportés sur des bateaux qu’on appelait alors les « house rice » car ils servaient aussi de maison aux marins et leur famille. Avec le développement du réseau routier, le transport par voie d’eau a perdu son importance. Mais la région n’a pas été désertée pour autant. On y vit toujours et les canaux ont conservé leur importance pour les habitants. Comme dans le temps, on s’y baigne, on y lave la vaisselle et on y fait la lessive. J’ai pu le constater de mes propres yeux.

De plus, on a eu l’idée de transformer les « house rice » en « houseboats » confortables qui permettent à des personnes de se promener doucement sur les canaux et profiter d’un panorama exceptionnel tout en observant la population locale effectuer leurs activités quotidiennes.

Les « houseboats » que j’ai vus, il y en a plusieurs dizaines et celui sur lequel j’ai vogué, peuvent accueillir de deux à six personnes et si on le désire, y dormir. Il y a des cabines, suffisamment grandes pour accueillir deux personnes avec une toilette, une douche et un lavabo privés. À l’avant du navire, juste derrière le gouvernail du capitaine, il y a un grand espace en plein air qui sert de salle à manger et de salon car on y trouve une table avec des chaises et des fauteuils confortables pour s’asseoir et profiter du paysage qui défile lentement sous nos yeux! L’arrière est réservé à l’équipage et on y trouve aussi la cuisine.

Donc dès notre arrivée sur notre « houseboat » nous avons été accueillis par notre capitaine et ses deux compagnons, dont notre cuisinier, qui nous ont montré nos cabines.

Tout de suite nous avons été invités à nous rendre dans notre « salle de séjour » en plein air pour profiter du départ.

Ça été super chouette de voir partir nos cinq petits « houseboats» partir pour cette belle aventure. Nous avons tout d’abord dégusté notre dîner, excellent, mais entrecoupé de fréquents arrêts pour prendre des photos, car nous étions époustouflés par la beauté du paysage. Après le repas, confortablement installés dans nos fauteuils, nous avons simplement profité du temps qui passait, admiré les paysages, échangé des salutations avec les riverains ou encore avec nos autres compagnons de voyage installés sur leurs « maisons flottantes. »

C’est d’ailleurs l’impression que nous avons tous eue. Celle d’être dans notre petite maison flottante avec des amis, pour savourer chaque minute de cette journée particulière. Nous avons fait un arrêt dans une petite agglomération pour chiner un peu et ensuite reprendre notre navigation paisible.

Comme c’est une région de pêche les « houseboats » doivent accoster pour la nuit à 18h30 et peuvent naviguer de nouveau à 7h30. Nous avons accosté dans un deuxième petit village où nous avons vu des scènes exceptionnelles. Et c’est là qu’il m’est arrivé une chouette aventure. Comme je voulais acheter des croustilles pour l’apéro et que je ne trouvais pas d’épicerie, encore là il faut que je précise que dans les petits villages de l’Inde du Sud les dites « épiceries » sont des petites boîtes de même pas 10X10 qui offrent que quelques produits. J’ai demandé à un groupe de jeunes où je pourrais trouver une épicerie. Comme elle était assez loin, l’un d’eux m’a proposé de m’y amener et de me ramener. J’ai accepté sa proposition et ça été tout simplement extra. Du coup j’ai acheté au marchand toute sa réserve de croustilles, soit cinq sacs!

Ma première expérience de moto dans tout le continent asiatique s’est effectuée dans un petit bled des backwaters. Yé!

Nous avons donc dégusté nos croustilles avec une bière dans notre « séjour » un peu à l’abri des moustiques car notre équipage avait descendu les moustiquaires. Mais notre dîner, excellent lui aussi, a été pris au son du tonnerre et des éclairs car il y a eu un orage important. Mais comme nous étions à l’abri ça été un ajout à l’atmosphère! Suite au repas et une petite « jase » nous avons regagné nos cabines pour la nuit.

Le lendemain: réveil en douceur, petit-déjeuner et dernière petite heure de navigation sous le soleil pour quitter notre petit bijou et son équipage qui nous ont traités comme des rois, non comme des maharadjahs!

Galerie d’images