Pétition

Voyages Humania propose:

1. L’application du principe pollueur/payeur à tout le secteur voyages au Québec.

2. À cette fin, mettre en place un fonds d’indemnisation de l’environnement à tout le secteur voyage au Québec, comme le fait Voyages Humania, destiné à compenser à 100 % les GES émis par les voyageurs québécois qui font usage du transport aérien.

3. Que l’administration de ce fonds soit confiée à l’OPC (Office de protection des consommateurs) qui gère déjà le FICAV (Fonds d’indemnisation des clients d’agents de voyages). À un prix de 30$/t, ce fonds engrangerait plus de 121 M$/année puisque la quantité de GES émis par les voyageurs Québécois (es) en 2016 est estimée à 4,05 Mt (transport aérien).

4. Que les sommes versées à ce fonds soient investies dans l’économie verte.

Signez notre pétition!

Voyages Humania propose la création d’un fonds d’indemnisation de l’environnement pour tout le secteur voyages au Québec

Le secrétaire général des Nations unies en a appelé récemment à la société civile pour assumer un certain leadership face aux changements climatiques. Ainsi, citoyens et entreprises sont appelés à faire partie de la solution.

De tous les choix budgétaires qu’un citoyen ou une entreprise peut faire celui du transport aérien est le pire pour le climat. Un simple aller-retour Montréal-Paris en avion génère près de 2.5 tonnes de GES par passager, soit l’équivalent des GES émis par l’usage d’une automobile moyenne pendant un an. Sachant qu’un Québécois(e) génère près de 10 tonnes de GES annuellement, il alourdi ainsi de près de 25 % son bilan carbone.

Le problème des changements climatiques, comme tous les problèmes de pollution d’ailleurs, réside dans le fait que les coûts de production des entreprises ne sont pas correctement comptabilisés. Ils n’incluent pas les externalités que constitue la pollution. Conséquemment, la base d’une lutte efficace aux changements climatiques repose en premier lieu sur une application rigoureuse du principe pollueur/payeur.

Il ne s’agit pas d’un enjeu gauche/droite, cela le transcende. Le libre marché pour remplir ses promesses de conduire à la meilleure allocation des ressources au sein de la société ne peut fonctionner qu’avec une comptabilité adéquate, dont la prise en compte dans les coûts de production des coûts de la pollution. S’il est un secteur où il est urgent d’appliquer le principe pollueur/payeur, c’est bien celui du transport aérien.

C’est pourquoi Voyages Humania, déterminé à faire partie de la solution, a créé son propre fonds d’indemnisation de l’environnement et propose la création d’un fonds semblable pour tout le secteur voyages au Québec. En voici les grandes lignes.

 

Fonds d’indemnisation de l’environnement de Voyages Humania

Voyages Humania place dans un compte distinct, le compte du Fonds d’indemnisation de l’environnement, 2 % du prix de ses voyages, soit en moyenne 130$/voyageur, destiné à compenser à 100% l’empreinte carbone du voyage. De cette somme, près de 30$ sont investis directement dans l’économie environnementale avec Arbre-Évolution qui procède à la plantation d’arbres. Le reste, 100$, est conservé dans le compte du Fonds pour garantir les éco-dollars Voyages Humania. Pour chaque voyage Humania, le voyageur se voit attribuer 100$ en Eco $. Ces derniers sont cumulatifs jusqu’à 1000$ pour l’achat d’un véhicule électrique (véhicules éligibles à la subvention du gouvernement du Québec). Éventuellement, la gamme des éco-produits sera élargie pour l’achat de panneaux solaire par exemple. Les voyageurs ont 4 ans pour s’approprier leur carboneutralité. En effet, passé ce délai de 4 ans, le 100$ conservé dans le Fonds est investi dans l’économie environnementale pour pleinement compenser l’empreinte carbone avec Arbre-Évolution et le voyageur « perd » ses éco-dollars. Ainsi, le voyageur est incité à faire des éco-choix et à accélérer sa transition énergétique.

En imputant un prix de 30$/t de GES, comme le fait actuellement Voyage Humania, le Fonds d’indemnisation de l’environnement appliqué à tout le secteur voyages au Québec engrangerait près de 120 millions de dollars annuellement. Ces argents pourraient être retournés aux voyageurs pour peu que ces derniers fassent l’acquisition d’éco-produits.

La gestion de ce Fonds auquel seraient assujetties les agences de voyages au Québec pourrait facilement être confiée à l’Office de protection des consommateurs qui administre déjà le Fonds d’indemnisation des clients d’agents de voyages.

Le Québec dispose de surplus d’électricité, il importe près de 14 milliards $ en pétrole dont 10 milliards sont utilisés pour le seul secteur du transport. Il serait donc logique d’accélérer le renouvellement de la flotte de véhicules par des véhicules électriques ou hybrides. L’objectif de 100 000 véhicules électriques pour 2020 sur une flotte de 4,7 millions de véhicules de promenades nous semble pour le moins dire timide.

Signez notre pétition!

Ensemble, préservons la beauté du monde.

Voyages Humania

6655, boul. Pierre Bertrand, local 119
Québec, Québec G2K 1M1
Canada
Téléphone: 418-380-2929
Tél. sans frais: 1-844-704-2929

Titulaire d'un permis du Québec

Voyages Humania

6655, boul. Pierre Bertrand, local 119

Québec, Québec G2K 1M1/span>

Canada

Téléphone: 418-380-2929

Tél. sans frais: 1-844-704-2929

Titulaire d'un permis du Québec

Voir nos Conditions générales